Ainsi, depuis une trentaine d'années, en milieu urbain comme en zone rurale, des milliers de sites ont été fouillés, étudiés, comparés. La somme des informations issues de ces fouilles a profondément enrichi la connaissance du passé.
Cette activité archéologique, dite « de sauvetage » faute d'assise légale jusqu'en 2001, est désormais définie comme « préventive ». En effet, la loi sur l'archéologie préventive du 17 janvier 2001 prévoit l'intervention des archéologues en préalable aux chantiers d'aménagement, afin de réaliser un « diagnostic », et si nécessaire une fouille. L'aménagement du territoire ne se fait donc plus au détriment des vestiges du passé mais permet, au contraire, leur étude approfondie.

DES CONNAISSANCES NOUVELLES

Sur le territoire européen, les vestiges sont partout. Ainsi, sur un tracé de ligne TGV, on trouve en moyenne un site au kilomètre. En étudiant les archives du sol, l'archéologie préventive favorise un développement économique raisonné, qui évite la destruction des traces du passé et des connaissances qu'elles permettent d’aborder.

L'étendue des zones étudiées et l'importance des ensembles archéologiques mis au jour ont renouvelé l’approche des périodes paléolithique, néolithique ou des âges des Métaux. Les nombreuses données désormais disponibles, sur la romanisation de la Gaule ou le haut Moyen Âge notamment, apportent souvent un complément précieux aux archives écrites.

UNE APPROCHE GLOBALE DES SOCIÉTÉS ET DES TERRITOIRES

L'archéologie ne cherche pas de chefs-d'œuvre ou de monuments remarquables. Elle vise à connaître les territoires et les sociétés passés à travers les signes conservés par le sol, depuis les premières traces de présence humaine au Paléolithique, au moins 500 000 ans avant notre ère, jusqu'à nos jours. 

Cette approche globale est fondée sur une étude des techniques, des modes de vie, des relations sociales et politiques, ainsi que des peuplements. Elle permet également de saisir les évolutions du climat, les métamorphoses du paysage et les transformations de la végétation.